mardi 23 février 2016

Samedi 27 février, le Salon Fantastique de Paris!

Je serai samedi prochain au Salon Fantastique de Paris, à l'espace Champeret, sur le stand Libraire!



Il y aura des livres et un bébé...








Plein de livres, hein... Et comme vous pouvez le voir, je sais mieux les organiser sur un stnd que sur un blog... même avec un bébé dans les bras !


Ledit bébé n'empêche même pas de dédicacer!
(et rassurez-vous, elle aura 7 mois 1/2 samedi, elle ressemblera moins à une saucisse ébouillantée, vous aurez peut-être même droit à des sourires...)

Et comme vous pouvez le voir, l'année dernière, j'ai quand même posé avec un (quasi-Wolverine)... Qui sait qui sera là cette année... ?



A samedi!

mercredi 3 février 2016

L'atelier d'écriture de l'école privée de Melesse : le village des ogres

Pendant que les élèves de CP-CE de l'école publique inventaient un conte, ceux de CE2-CM1 et CM2 de l'école privée s'étaient donné pour mission d'explorer... un village d'ogres !
5 h pour une mission dangereuse en terrain inconnu.

Voici le résultat de leur travail :

Journal de l’atelier d’écriture – école privée de Melesse
Le village des ogres…

Cycle 3 – groupe CE2-CM1-CM2 – janvier-février 2016


Nous sommes en février 2016. Toute la Terre est occupée par les humains… toute ? Non ! Car un village peuplé d’irréductibles Ogres résiste encore et toujours à l’envahisseur. Et la vie n’est pas facile pour ces farouches créatures dont, jusqu’à présent, nul n’a pu percer les secrets.
Heureusement pour la science, un groupe de jeunes humains, élèves à l’école de Melesse, est parvenu à s’infiltrer dans ce village pour en étudier les habitants.
Alors, jeunes gens, à quoi ressemblent ces ogres ?



  
Les réponses sont nombreuses, multiples et variées : comme chaque humain, chaque ogre possède ses particularités et les observateurs ont fait des descriptions très variées :


Visiblement, tout le monde a son idée !




Alors, pour résumer, quelles sont les caractéristiques de ces ogres :
-          Ils sont très grands et forts, et en général, très gros, patauds et laids.
-          Ils sont couverts d’une fourrure épaisse, pouvant être de différentes teintes allant du marron foncé au vert et au beige, en passant par le rouge, le noir et le bleu.
-          Par contre, malgré leur pilosité abondante sur le corps, leur tête est chauve.
-          Il y a des mâles et des femelles, et ils semblent vivent en harmonie familiale, malgré quelques énergumènes excentriques préférant vivre dans la solitude de la forêt.
-          Les ogres ont des dents pointues, ce qui leur sert à dévorer les enfants humains, ainsi que les mouches attirées par leur odeur fétide.
-          Faute d’enfants, ils ont tendance à se repaître d’animaux, mais évitent de consommer chats et lapins, qui sont leurs compagnons domestiques favoris.
-          Malgré leurs habitudes alimentaires et leur laideur, ces ogres sont gentils et plutôt bien disposés envers leur prochain.
-          Leur durée de vie est très longue, plusieurs centaines d’années, voire des millénaires pour certains…
Les observateurs ont néanmoins constaté quelques particularités : certaines ogresses possèdent une beauté inhabituelle, ainsi qu’une abondante chevelure blonde. D’autres ogres peuvent respirer sous l’eau tandis que quelques-uns ont des ailes leur permettant de voler. Il y a parfois (on en a vu au moins un) des ogres nains, ainsi que des ogres cornus et d’autres squelettiques, ou dotés d’un seul œil et de plusieurs bras.
Mais cela demeure des exceptions…


Et leur village, à quoi ressemble-t-il ?
Nos vaillants explorateurs ont dressé un plan du village pour en étudier l’organisation : 




Et après étude de ce plan, ils ont restitué les maisons des ogres :








Après s’être introduits dans la maison du chef du village (d’après les ouï-dire, il s’agit du forgeron du village, qui a pris la détestable habitude de se servir de son marteau pour se faire obéir de ses concitoyens en leur tapant dessus), voici le menu que nos reporters ont trouvé, concernant les repas collectifs des ogres lors des fêtes :
-          Des escargots
-          Des fruits pour farcir les enfants humains capturés
-          Des céréales
-          Des crachosucres pour les ogrillons
-          Des meringues magiques
-          Des biscottes de chevreuil
-          Du rôti de loup
-          Des burritos d’humains adultes.
Et pour arroser ce festin… des tonneaux et des barriques de sang !

Nous recommandons donc la plus grande prudence aux humains susceptibles de s’aventurer à proximité de ce village, ils risqueraient de passer un sale quart d’heure !



Et pour conclure cette exploration, un nouveau journaliste s’est invité dans la fabrication de ce journal afin d’apporter sa « patte » personnelle à ce reportage :



Comme nous le disions, les ogres adorant les chats, nous nous demandons encore s’il s’agit d’un félin arrivé là par hasard ou d’un espion envoyé par les ogres en vue d’un prochain raid !



PS : lors de la dernière heure d'atelier, les élèves se sont vu remettre un petit carnet contenant tout ce récit. Ils ont alors écrit chacun la journée idéale de leur ogre, qui a été agrafée à la dernière page de leur cahier, en guise de conclusion. Au programme pour ces ogres : dormir et ripailler !


Un grand bravo aux élèves de CE2, CM1 et CM2  qui ont inventé leurs ogres, tracé des plans, construit des maisons et imaginé une aventure entière, le tout en 5 heures d'atelier !

© Sophie Dabat, ateliers d’écriture créative


mardi 2 février 2016

5h d'atelier d'écriture en TAP avec des élèves de CP-CE1, ça donne ça!

J'anime depuis le début de l'année scolaire des ateliers d'écriture dans les écoles de Guipel et de Melesse...
Chaque cycle (c'est-à-dire, une période de cours entre deux vacances), c'est un thème précis qui est proposé.
Cette fois, entre Noël et les vacances d'hiver, nous avions 5 cycles (de 1h) pour composer un conte avec les élèves de CP-CE1 de l'école publique de Melesse...

En voici le résultat!



TITRE : comme vous pouvez le constater,ce conte, signé par tous ses auteurs, n'a pas de titre. C'est normal, chaque élève est reparti avec un livret et écrira le titre de son choix! J'ai hâte de découvrir ce qu'ils auront inventé...




Il était une fois, dans la ville de New York, un jeune garçon et une jeune fille qui vivaient tout proches, mais ne se connaissaient pas.
À l’âge de 16 ans, Jordan était un garçon surdoué : non seulement il était étudiant pour devenir professeur de soin aux animaux, mais il passait toutes ses vacances à travailler dans des parcs aquatiques pour s’occuper des orques, des dauphins et des otaries. L’été, passionné de surf, il passait ses journées à voguer sur les vagues, mais était également sauveteur en mer. Quant à Claire, elle adorait les animaux de la forêt et se promenait tous les weekends dans les bois pour aller à leur rencontre. En semaine, elle étudiait pour devenir couturière et pratiquait la danse et le patinage artistique.



Un jour, Claire alla assister à un spectacle de dauphins dans le parc aquatique où Jordan faisait un stage. Elle tomba aussitôt amoureuse de lui. Après le spectacle, elle décida d’aller le voir pour le féliciter sur sa façon de s’occuper des animaux et… forcément, lui aussi tomba amoureux d’elle.
Pendant un moment, ils passèrent alors tout leur temps libre ensemble, se promenant en forêt, s’occupant des animaux de Jordan ou imaginant leur avenir ensemble…



Jusqu’au jour où Jordan se met à faire de terribles cauchemars. Il rêve qu’il se trouve dans un pays dirigé par un roi cruel, un pays peuplé de zombies, où les animaux ont quasiment tous disparu.
Au début, il essaie de cacher ces visions d’horreur à Claire, qu’il ne veut pas effrayer, mais quand il se met à voir des fantômes, il ne peut plus dissimuler son secret et lui révèle tout : depuis plusieurs jours, les fantômes du roi et de la reine du Mickaëland l’appellent au secours et le supplient de sauver leur pays, dirigé par un terrible tyran !
Claire décide aussitôt d’aider Jordan à accomplir cette mission et ils prennent des billets d’avion pour se rendre dans ce pays.
Une fois à bord, ils font ce que tout le monde fait à bord d’un avion : ils regardent la télé. Rien de très intéressant… jusqu’à ce que passe un bulletin d’information sur le Mickaëland : suite à une épidémie de zombies, le roi Horace a fermé les frontières de son royaume et interdit à tout étranger de s’y introduire.

Claire et Jordan se demandent comment ils vont bien pouvoir faire pour entrer dans le pays quand, soudain, un drame se produit dans l’avion : un des passagers, venu du Mickaëland et rentrant chez lui, était infecté par l’épidémie ! Il se transforme en zombie et se met à attaquer les autres voyageurs. Très vite, la situation dégénère : paniqués, les gens se jettent les uns sur les autres, se griffent, se mordent, et se transforment tour à tour en zombies !
Jordan et Claire se défendent comme ils peuvent. Ils ont pris la précaution d’emporter avec eux quelques armes, un couteau et une hache, et se mettent à tuer tous les zombies qui s’approchent d’eux. Soudain, Claire a une excellente idée : elle attrape les parachutes de secours de l’avion, l’enfile et, après avoir dit à Jordan de faire pareil, ouvre la porte de secours de l’avion et se jette dans le vide !
Après une descente en parachute palpitante, les deux héros se retrouvent enfin au Mickaëland.
Sur place, ils découvrent que la situation est encore pire qu’ils ne l’avaient imaginée :




Le terrible prince Horace est monté sur le trône après avoir assassiné le roi et la reine, ses propres parents. C’est eux qui, devenus fantômes, ont prévenu Jordan. Ils ne pouvaient plus rien faire pour contrer les méfaits de leur fils dont le principal loisir est de traquer et tuer les animaux sauvages. Cruel et avide de sang, le prince Horace se délecte de la mise à mort d’espèces menacées et mène des expériences dans son laboratoire secret pour se créer une armée de zombies, grâce à laquelle il pourra, un jour, conquérir le monde.
Pour le moment, ses pouvoirs sont limités à son propre pays, c’est pourquoi il en a fermé les frontières, mais il espère bien récupérer un cristal magique dont la puissance lui permettrait d’étendre ses pouvoirs sur la Terre entière. Ce cristal appartenait autrefois à ses parents, mais ceux-ci, ayant compris la perfidie de leur fils, ont pris la précaution de le mettre hors de portée avant de mourir. Ils l’ont confié à un dragon, la dernière de son espèce, Torque. Torque ne peut l’utiliser pour sauver le pays, seuls les humains sont en mesure de le manipuler, mais elle veille dessus en attendant l’arrivée de héros capables de mettre fin aux agissements d’Horace.
Quand les fantômes du roi et de la reine préviennent Torque de l’arrivée de Jordan et Claire, la dragonne accepte de leur confier le cristal et les fantômes reviennent voir Jordan dans ses rêves. Ils lui révèlent qu’il est le seul au monde à être immunisé contre le pouvoir d’Horace et de ses zombies, et le seul à pouvoir manipuler le cristal sans être affecté par sa puissance néfaste.
Claire et Jordan entament alors leur traversée du pays pour rejoindre la caverne où vit Torque, guidés par les esprits du roi et de la reine. Ils s’aperçoivent très vite qu’ils sont poursuivis par l’armée de zombies de Horace, qui espère lui aussi récupérer le cristal.



Alors qu’ils parviennent à proximité de la caverne et s’apprêtent à y entrer, Claire et Jordan sont capturés par les zombies. Le prince veut aussitôt les rencontrer ; il espère les convaincre de se joindre à lui et de l’aider à conquérir le monde… mais c’est le contraire qui se passe : Claire parle au prince et parvient à le convaincre que ses actes sont mauvais et qu’il peut faire beaucoup plus de choses et être plus heureux, en devenant un roi sage et aimé de son peuple. Alors que le prince Horace réfléchit à ses actions, un zombie attaque la jeune fille et la mord. Si Jordan n’utilise pas très vite le cristal, Claire est condamnée… Jordan se précipite, mais les zombies lui bloquent le chemin. Le prince se sacrifie alors pour sauver Claire et entraîne les zombies à sa poursuite pour que Jordan puisse pénétrer dans la caverne où vit Torque.
Enfin en possession du cristal, Jordan peut utiliser ses pouvoirs, guérir Claire, puis sauver les zombies et le pays.



Hélas, il est trop tard pour le prince Horace qui meurt juste après, dévoré par ses propres zombies qui ont échappé à son contrôle.
Sans autre membre de la famille royale, le trône du Mickaëland reste vide…
Jordan et Claire, durant leur mission, sont plus que jamais amoureux l’un de l’autre. Plus aucun obstacle ne les empêche à présent de se marier. Ils montent alors sur le trône du Mickaëland pour y régner. Ils vécurent heureux jusqu’à la fin des temps et eurent beaucoup d’enfants…

FIN



Un grand bravo aux élèves de CP et CE1 qui ont composé cette histoire de A à Z, avec inventivité et humour !

© Sophie Dabat, ateliers d’écriture créative








vendredi 26 juin 2015

Programme estival !

à une semaine des vacances scolaires, il y a déjà comme un petit parfum de farniente dans l'air, non?
Enfin... pas chez nous!
Fin de traduction sur les chapeaux de roues pour moi cette semaine (je ne parle même pas de l'homme qui travaille jusqu'à 4h du mat chaque nuit), projets qui se finalisent, projets qui se montent, deadlines qui se rapprochent...
Heureusement, on voit aussi arriver 2 mois d'accalmie qui vont servir à se reposer (un peu), préparer la rentrée, avancer les projets perso (et autres) à un rythme moins soutenu et écrire, écrire écrire (en parallèle à lire, lire, lire, les deux vont bien ensemble, vous ne trouvez pas ?)
Bref, voici le programme de cet été:

- demain, séance de dédicace à la super librairie Alfabulle de Melesse!
N'hésitez pas à venir, je serai là de 10h à 13h avec plein de livres! (pour me reconnaître, c'est assez facile : des cheveux bleus et un gros ventre !)



-  le samedi 11 et dimanche 12 juillet : ateliers d'écriture pour petits et grands lors du festival 6e Sens, à Saint-Aubin-d'Aubigné...




Amateurs de belles guitares et de bons vins, de musique et de boisson, n'hésitez pas à venir! C'est 5€ l'entrée au salon, participation libre pour les ateliers, c'est l'occasion de se rencontrer, de découvrir des artisans, des passionnés, d'admirer des chefs-d’œuvres... et de noter quelques mots !



Pour plus de renseignements sur 6e Sens, rendez-vous sur le site: http://6esens.eu/
Pré-inscriptions pour mes ateliers possibles en me contactant directement, par mail ou par téléphone.
Vous pouvez aussi vous y inscrire: (https://www.yesgolive.com/sixesens/sixemesens) ou participer à la campagne de financement Ulule pour aider ce joli projet (https://fr.ulule.com/6eme-sens/)

Cet été, il y aura également la relecture finale du quatrième tome de Sainte Marie des Ombres, et la reprise de l'écriture du dernier opus. Et tant qu'à faire, quelques réflexions sur la possibilité d'un spin-off, car certains personnages commencent à me tirer les cheveux en se plaignant de ne pas avoir été assez développés...

Au passage, il y aura un "ploup"! Vous voyez de quoi je parle?
Bon, ben moi aussi, mais c'est le "détail" pour lequel on n'a pas trop de précisions pour le moment, surtout concernant la date !Ce sera la surprise de l'été.

Et après, ce sera la rentrée.
Au programme, il y a déjà deux salons :

- le weekend du 26 et 27 septembre, à Lannion, pour le festival Scorfel!
J'y serai en famille, avec homme, enfant, bébé, livres, escarpins, sourire, tout ça tout ça!
(copyright : Gaboo)


Pour découvrir ce salon, un lien utile :http://scorfel.blogspot.fr/


- et le weekend du 21 et 22 novembre à Chateaugiron, le bien-nommé salon des Enchanteurs...
Je dédicacerai, bien sûr, mais pourrai peut-être aussi vous proposer d'autres activités, encore à finaliser, c'est encore tout récent!
http://www.lesenchanteurs-payschateaugiron.fr/
(vous pouvez même en profiter pour participer au concours de nouvelles organisé par le salon, c'est l'occasion d'user votre plume!)


Et voilà pour le moment!
à très bientôt...

mercredi 17 juin 2015

Nouvelles estivales...

Une longue absence pour cause de travaux, grossesse et travail!
Beaucoup de projets en cours, cela chamboule un planning, surtout lorsque les artisans débarquent à l'improviste, que les deadlines se succèdent et que les idées se multiplient.

Deux petites nouvelles néanmoins:
un grand jeu-concours de la part de Bragelonne, en association avec Amazon, qui peut vous permettre de gagner une liseuse Paperwhite Wi-fi préchargée d'une centaine de livres numériques.
Comme vous pouvez vous en douter, Sainte Marie des Ombres en fait partie, ainsi qu'une ribambelle de beaux - et bons - romans bragelonniens (dont le feuilleton Les Foulards rouges, que j'ai lu récemment et adoré, mais aussi le superbe Lignes de vie et Nom du vent).
Donc n'hésitez pas, pour découvrir les titres, c'est ici :
http://www.amazon.fr/b?ie=UTF8&node=6755327031
Et pour participer au concours, c'est par là:
http://www.ebookmysummer.com/

Et la deuxième nouvelle, c'est la date de parution du T4 de Sainte Marie des Ombres...
Ce sera... Tadaaaa!
Le 23 septembre prochain.
Oui, je sais, c'était prévu avant l'été.
Mais vous savez quoi?
Le planning débordait, le retard s'accumulait, et on a fait le choix de décaler la date plutôt que faire sortir un livre relu à la va-vite ou mal ficelé. Donc, je m'excuse de ce retard, mais c'est pour la bonne cause, et j'espère que le résultat vous plaira!

Voilà voilà...
Sur ce, je retourne couver ma traduction en cours, mon écriture en cours (le T5! le T5!), ma relecture en cours (le T4! le T4!), mon gros ventre (vivement la ponte, j'ai l'impression d'avoir avalé un ballon de basket) et vous dis à bientôt!



mardi 6 janvier 2015

La cabane aux loups. Un conte de Noël... version sainte Marie

Hello, les gens...
J'avoue, j'ai pris du retard.
Le tome 4 de Sainte Marie des Ombres devait sortir en avril, il sortira en juillet, un retard de trois mois dû à quelques problèmes de santé, du boulot, quelques soucis de famille et, au final, une grosse fatigue accumulée depuis des mois, voire des années.

Burn out?
Peut-être.
Mais également envie d'écrire "bien", pas de speeder pour rendre à tout prix un roman dans les temps, et tant pis si la qualité s'en ressent.

Je me suis remise à ce T4 fin 2014, et j'y travaille à présent chaque jour, avec plaisir, motivation (et parfois surprise, car Marie a tendance à ruer dans les brancards de mes synopsis.)
Mais comme j'ai profité des fêtes pour me mettre au vert et réfléchir à des projets, une idée est venue.
Noël.
L'heure des contes, des bilans de fin d'année, des résolutions, des soirées à se dire que l'obligation d'être heureux à tout prix, ça ne marche pas forcément tout le temps.
"L'obligation d'être heureux à tout prix".
C'est par ces mots que commence donc le texte qui a fleuri pendant les vacances, et que je vous propose donc aujourd'hui:
une nouvelle dans l'univers de sainte Marie, qui parle de sa vision des fêtes de famille.

Cette année, dans notre foyer, on a essayé de mettre l'accent sur les cadeaux personnels et le "fait-maison". Donc voici le petit cadeau que j'ai fait, d'abord à Lily qui avait envie de s'exprimer, et aux lecteurs qui attendront le T4 un peu plus longtemps que prévu...
J'espère que ce texte vous plaira.

Kisses
&
Books
&
Bunnies


Cette nouvelle sera bientôt disponible gratuitement sous la forme d'un ebook aux éditions Bragelonne!

La cabane aux loups
ou
Le conte de Noël de sainte Marie...


J'ai jamais aimé Noël.
Obligation d'être heureux, obligation de se faire des cadeaux, de bouffer à s'en faire éclater la panse, le vieux pervers en rouge qui fait sauter les enfants sur ses genoux en échange de cadeaux et les bises entre blaireaux qui se détestent...... Moyen moins quand on n'a pas un rond, pas de toit, pas de gosse ni d'affinités avec les barbus en traîneau, et encore moins de famille.
Enfin, si. Réduite à un chien.
C'est bien pour ça que depuis qu'on est ensemble, on fête Noël à notre façon, Cullan et moi. En nomades. Incognito.
Cette année, on a profité de la fermeture annuelle du parc du Gévaudan pour aller courir avec les loups. Littéralement parlant.
Quoi, vous me croyez pas ?
Bon, OK, je brode un peu. Les loups, y en a pas des masses, et ceux qui vivent dans la réserve ont appris depuis longtemps à éviter les humains. Un peu comme moi.
Mais on en a entendu quelques-uns, c'est déjà pas mal. Par contre, mon concon de caniche monté en graine a trouvé spirituel de rajouter sa voix cassée à leurs hurlements, ce qui a aussitôt déchaîné un choeur de protestations lupines, mais ça lui faisait tellement plaisir que je n'ai même pas eu envie de lui museler le bec avec une culotte sale – comme quoi, ça m'arrive d'en porter, surtout en hiver, ça tient chaud.
J'avais pas prévu de m'arrêter là, en fait. On zonait dans le sud depuis quelque mois, quand j'avais lâché ma kumpania après avoir appris qu'ils comptaient se rendre aux saintes maries – sans façon, j'ai la même à la maison. Je zappais d'un point à l'autre, en alternant les petits jobs de videuse de bar, serveuse de restaurant – ça a duré trois soirs, j'ai fracassé mon plateau de choucroute sur la tronche du plouc qui a osé me palper le coccyx – dépanneuse, déménageuse et livreuse de colis – ou équivalent, mine de rien, le métier est devenu beaucoup moins prisé des chômeurs et étudiants depuis l'avènement des Ombres, et avec mon camion, je peux aller partout et dormir en chemin. Bref, des mois de boulots de merde, de galère de fric et de boîtes de conserve bouffées froides après des heures de route quand, soudain, l'inspiration m'a frappée : la Bretagne. La mer, les légendes, les galettes de sarrasin et le cidre. Surtout le cidre. Ça a fait tilt, j'ai débarqué le squatteur que j'avais accepté de covoiturer de Montpellier à Montélimar – sans passer par Moncuq, même s'il n'avait pas eu la main baladeuse – pour bifurquer sur la première bretelle venue afin de rallier mon but : la picole, la musique et les Bretons bruns aux yeux bleus. Surtout la picole et la musique.
Moins de deux heures de route plus tard, le crépuscule commençait déjà à tomber. Enfin non, pas vraiment le soir. Plutôt une magnifique casquette de nuages menaçants qui m'ont incitée à chercher au plus vite une aire tranquille, de préférence dotée d'un sanitaire ou d'un abri en dur.
C'est là qu'un nouvel éclair de génie – foin de la fausse modestie – m'a frappée. Ou plutôt, un panneau indicateur.
Tellement couvert de poussière et de fientes de pigeon qu'en descendant du fourgon, à moitié la tête dans le cul et les jambes flageolantes d'être restée trop longtemps assise, j'ai failli ne pas le voir et me l'emplâtrer en pleine face. Trois jurons plus tard, Cullan était assis à côté de moi et me regardait d'un air interrogateur, pendant que je fixais la pancarte.
Village de gîtes de Sainte Lucie – réserve naturelle du Gévaudan.
On l'avait fêtée – ou pas – la veille, la sainte Lucie. La coïncidence m'a paru un peu forte.
Et si le panneau était quasiment invisible, c'était également parce que quelqu'un avait pris soin de le masquer derrière un papier autocollant gris translucide, sur lequel avait été gribouillé au feutre – lui aussi, effacé par le soleil – ou la neige, ou la pollution – « fermeture annuelle ».
Et là, séquence admiration, j'ai fait l'addition :
village de gîtes = petit assortiment de bungalows touristiques, souvent dotés d'un chauffage indépendant, de sanitaires autonomes et d'aménagements prévus pour les urbains chatouilleux du popotin et désireux de venir se ressourcer à la campagne sans pour autant se geler les miches ou s'y faire des escarres en dormant à même le sol.
Réserve naturelle = un grand espace verdoyant loin de toute civilisation, en général interdit aux véhicules comme aux chasseurs, regorgeant de bestioles comestibles. En résumé, le dernier endroit où les curieux et les flics iraient chercher une sainte fugueuse en plein hiver.
Fermeture annuelle = plus personne à bord, à part peut-être les propriétaires dans le bâtiment central – et encore, en général, après avoir fait les réparations urgentes, ils préfèrent ne pas végéter dans leur trou paumé où ils ont moisi toute l'année –, donc solitude, tranquillité et intimité garantie.
Autrement dit, le squat parfait pour une nomade sans fric ni plans pour les prochains mois.
J'ai donc dit adieu à la Bretagne, de toute façon, il pleut tout le temps, les Bretons sont tous casés et même les Ombres y sont alcooliques, pour voir si les loups étaient plus accueillants que les humains.
Et ils l'ont été.
Le premier chalet était trop bien verrouillé, et trop proche du corps de ferme principal, tout comme les deuxième et troisième. Les trois suivants, en roche grise et rose, étaient plus intéressants, mais trop au centre de la réserve – impossible de garer le camion à proximité – et visibles de loin si jamais on on avait allumé un feu de cheminée. Par contre, après avoir tourné à pied en lisière du terrain, lampe-torche en main et casque et collier lumineux branchés, Cullan et moi avons fini par repérer notre bonheur. Voire mieux : le pied ultime.
Une cabane perchée.
Si les arbres n'avaient pas été si déplumés, on l'aurait probablement manquée. Nous venions de longer une plaine entre deux collines, où se tenaient les derniers chalets et quelques roulottes, parsemée par endroits de grands cercles vides dénués de toute végétation. Un bref examen de plus près m'avait menée à la conclusion qu'il s'agissait des emplacements où, l'été, avaient dû se trouver des yourtes, comme en témoignaient des plates-formes, des piquets oubliés là et des cendres de feux. Plus loin, nous avions repéré un alignement de sapins devant un bosquet. Je me suis dit que la forêt comportait peut-être d'autres gîtes, plus à l'écart et mieux dissimulés. Voire à proximité d'un cours d'eau – toujours penser à rester à côté d'une source de flotte. Puis, une trouée dans l'enchevêtrement végétal m'avais laissé apercevoir une silhouette trapue accrochée à un nœud formé par trois arbres qui avaient poussé emmêlés ensemble.
Une cabane.
Perchée à plus de dix mètres du sol, et dont l'échelle de bois ne commençait qu'à partir d'une estrade suspendue à mi-hauteur, reposant sur une fourche de branches.
Cullan m'a fixée d'un air mi-interrogateur mi-paniqué.
J'ai fait un signe négatif de la tête.
Oh, non, mon p'tit père. Cette fois, tu vas pas y couper.
Il a lâché un jappement, comme pour me dire « t'es barjo, ma vieille », puis s'est couché au pied des troncs, sur la dalle de granit qui devait encore garder un chouia de chaleur du jour, avec un soupir résigné de chien victime.
Une demi-heure plus tard, pourtant, il était vautré comme un pacha sur un des lits du gîte, tandis que je finissais de monter nos affaires par le hublot de l'unique pièce à l'aide de la poulie obligeamment laissée là par les propriétaires. OK, ils devaient croire qu'avoir enlevé la partie inférieure de l'escalier découragerait toute tentative de squattage. C'était mal me connaître.
Trois cordes – merci le kit de secours du camion – un grappin d'escalade – itou, c'est également très utile comme pied de biche, énucléateur d'agresseur ou ouvreur de boîte de conserve récalcitrante – et un bon quart d'heure d'efforts pour atteindre le palier intermédiaire, et le reste avait été une promenade de santé : la porte ne fermait qu'avec un cadenas basique que j'aurais pu forcer avec la truffe de Cullan, le bas de l'échelle avait été déposé sur la toiture, et le treuil était redevenu opérationnel, pour hisser d'abord le bagage le plus poilu et couinant de tout mon équipement, puis le matos de première nécessité : armes, lumière, vivres.
Comble du bonheur : il y avait bel et bien un poêle au pétrole à l'intérieur. Entièrement nettoyé et préparé pour la reprise de saison, dans trois mois – j'avais pris soin de vérifier les dates de vacances, en arrivant, quand même.
Le crépuscule nous avait trouvés aussi cosy et pépères dans notre refuge qu'un couple de lycéens dans un abri-bus.
Et le lendemain, après une nuit de ronflements interrompus uniquement par les piaillements de la chouette perchée sur le faitage de notre cabane et qui devait protester devant l'intrusion de nouveaux arrivants chez elle, on avait fait le tour des autres gîtes en quête de provisions et d'occupations.
C'est là qu'on était tombés sur notre bonheur.
Le complexe central était vide. Enfin, au sens de « dépourvu d'habitants ». Mais ceux-ci avaient pensé à tout pour le bien-être de leurs locataires : jacuzzi, SPA, bibliothèque, petite salle de sport, peignoirs moelleux, chandelles en cas de panne d'électricité – ou, comme moi, de squatteurs peu désireux d'attirer l'attention en illuminant l'obscurité à des kilomètres à la ronde – et cheminée comportant une belle réserve de bûches à côté.
On a passé les dix jours suivants à se prélasser comme des rois. Sans jamais dormir sur place, trop dangereux. Mais chaque jour, après avoir vérifié que personne n'était revenu ni n'avait laissé de message indiquant une arrivée imminente, on s'est bichonnés façon coqs en pâte. Cullan a même eu le droit de faire un tour dans la baignoire à remous, histoire de se délasser ses papattes endolories et d'un bon shampoing « spécial cuir chevelu sensible ». Il bien aimé le massage, détesté le sèche-cheveux, et adoré l'emmitouflage dans une couverture – une des miennes, faut pas abuser. Et moi, j'ai particulièrement apprécié de dormir avec une bouillotte qui sentait plus les herbes de Provence que le roquet périmé.
Et chaque nuit, de nouveaux compagnons venaient nous rendre visite. Parfois sans bruit, comme ces oiseaux perchés sur la rambarde de notre terrasse un matin, et qui ressemblaient fort à des rapaces. Ou comme ces traces de sabots, fines et délicates, qui indiquaient que quelqu'un avait reniflé notre arbre avec intérêt avant de repartir en larguant, au passage, quelques crottins au pied de notre corde. Puis d'autres avaient résonné. D'abord au loin, quelques jappements qui avaient tiré Cullan de son sommeil avec un air inquiet, mais qui ne s'étaient pas rapprochés. Puis des couinements et des hurlements, un peu plus près, qui s'étaient mêlés aux ululements de la chouette sur notre toit avant de la faire taire quand, la veille de Noël, ils avaient retenti à peine à une centaine de mètres de notre cabane, peu avant l'aube.
Quand on était allés vérifier le camion – garé entre la barrière du terrain et un alignement de buissons, où personne ne pouvait le voir depuis la route –, on avait trouvé des traces de pattes, au moins une dizaine de bestioles, tout autour, ainsi que quelques marquages odorants que mon pépère s'était empressé de recouvrir de son propre parfum. Les loups étaient venus inspecter notre véhicule et indiquer que l'endroit leur appartenait.
Nous n'avions pas l'intention de le leur voler ni de les emmerder à domicile, et sans doute l'avaient-ils compris, car peu à peu, ils s'étaient rapprochés jusqu'à ce que nous entendions leur complainte résonner au pied de notre arbre, sans qu'elle recèle la moindre nuance menaçante.
Ils nous signalaient leur présence. Revendiquaient les lieux.
Cullan leur a fait savoir que si on n’allait pas leur disputer le territoire, ils n'avaient pas intérêt de leur côté à nous chercher des noises dans notre gîte – en même temps, comment auraient-ils fait pour grimper jusqu'à nous – et je l'ai fait taire d'une claque amicale sur son crâne dur avant de le serrer contre moi pour me rendormir de plus belle, bercée par les nouveaux hurlements qui s'éloignaient.
À l'aube, on a découvert qu'ils nous avaient laissé la carcasse à moitié bouffée d'un lapin en guise de cadeau de bienvenue. J'avoue, le présent me tentait moyen, mais Cullan n'en a fait qu'une bouchée.
Le lendemain, c'était Noël.
Et tu parles d'un réveillon qu'on a fait !
Je me souviens avec émotion du premier que j'ai passé avec Cullan : à peine le toutou remis de la course dont je l'avais sauvé, on était partis pour notre premier trip en solo et, perdus en pleine cambrousse, on avait festoyé d'une biche qui avait trouvé spirituel de venir fracasser le pare-choc du fourgon. La carrosserie avait morflé, la bestiole encore plus, mais une fois le travail gore effectué, on avait eu à manger pour trois jours, et même de quoi en donner aux fermiers qui nous avaient hébergés pendant la grosse tempête qui avait suivi.
Celui de l'année dernière avait été moins gratiné : on était dans une kumpania pas trop pourrie, et les festivités de fin d'année avaient été prétexte à une bamboche assez classique, avec musique, danses, popote en commun – j'avais participé en offrant le produit de ma chasse, à savoir deux lapins et un marcassin à qui Cullan n'avait bouffé qu'un cuissot – et binouze à flots. J'avais atterri avec un p'tit gars plutôt mignon et assez propre, mais tellement bourré qu'il s'était endormi tout habillé à côté de moi. Conclusion, il avait fini éjecté sur le panier de Cullan tandis que celui-ci regagnait avec satisfaction sa place habituelle avec moi. Personne ne s'était plaint, à part mon invité qui s'était réveillé, le lendemain, avec une gueule de bois carabinée et une amnésie assez partielle. Générosité de Noël oblige, je l'avais laissé croire qu'il avait fait tout ce qu'il voulait avec moi et l'avais viré de mon camion presque poliment.
Mais cette année...
Vous n'imaginez pas les vivres qu'un gîte trois étoiles peut détenir dans sa cambuse. Les proprios avaient vraiment dû tout prévoir pour pouvoir redémarrer à la belle saison sans devoir regarnir les étagères au dernier moment.
Enfin, ils n'avaient juste pas pensé que je passerais par là.
Conserves de produits régionaux.
Foie gras maison, pain d'épice, fromages affinés et confitures odorantes.
Petits plats de luxe congelés dans leurs cassolettes individuelles.
Vins liquoreux, champagne et gâteaux en forme de cœur.
Viennoiseries « prêtes à réchauffer » et sachets de café, thé et, comble du bonheur, du chocolat.
Il y avait même des biscuits pour chien et des paniers en osier doublés d'un tissu brodé d'une tête de loup pour transporter nos victuailles.
J'avoue, je me suis gavée à en éclater.
Cette fois, ç'a été un vrai réveillon.
Pas à en exploser, ni à en dépouiller totalement nos aimables hôtes.
Juste de quoi passer, pour la première fois de notre vie commune – et quasiment pour la première fois tout court – une période sans crever la dalle, sans faire la grimace devant une énième boîte de pâté lapin-légumes verts-calcium, sans tirer la tronche autour d'une tablée d'inconnus dans un bouge pourri où, sou prétexte de fête, la galette complète avait triplé de prix.
Histoire d'avoir la conscience tranquille, j'ai profité de notre séjour pour faire quelques réparations dans notre nid d'amoureux. La fuite dans le toit a disparu. Le poêle a été doté d'un casier en bois dissimulant son ventre bombu de pétrole derrière de belles planches poncées à la main. J'ai déposé dans les étagères du gîte quelques livres que j'avais lus à vingt-mille reprises et qui m'encombraient, et dans le congélateur format industriel le résultat de nos longues promenades quotidiennes et du besoin de chasser de Cullan – c'est fou le nombre de bestioles suicidaires des environs, malgré la présence des loups.
Noël, c'était hier.
Et pour la première fois, Cullan et moi l'avons savouré.
Sans s'envoyer des bisous, sans s'offrir de cadeaux, aller à la messe – manquerait plus que ça – se coller une crise de foie ou dégobiller partout – plutôt dangereux d'être bourré quand on est à dix mètres du sol. Mais un Noël serein.
Un bon souvenir à garder au chaud dans le cœur pour les prochaines galères à venir.
Parce qu'il y en aura, je le sais.
Mais cette nuit encore, les loups nous ont chanté leur sérénade, comme si eux aussi accueillaient ce moment de paix loin des hommes. Comme si, nous aussi, faisions partie des lieux. Je me suis toujours trouvée plus proche des animaux que de mes congénères, et je crois qu'ils l'avaient senti. Nous étions adoptés.
Et ce matin, quand on a éteint les lumières et ouvert les volets, le ciel également nous avait fait un présent.
Adieu les Dévorantes, adieu les ombres et les reliefs. Adieu l'herbe, les pierres, les buissons et les couleurs.
Le monde entier avait disparu sous un linceul immaculé, le plus beau, le plus rassurant qui puisse exister depuis que le noir est devenu notre ennemi, depuis que l'obscurité a une faim de loup. Ou d'ogre.
La neige.
Où seules se démarquaient, en longues files, les traces des loups qui avaient veillé sur nous pendant la nuit.
Et cette fois, on a décidé de partir à leur suite, voir où leurs pas nous porteront jusqu'à ce soir.
Alors les emmerdes, venez pas nous chercher aujourd'hui. La sainte est en vacances, son clebs est aux abonnés absents, et le premier qui s'avise de nous faire chier avant la rentrée, on lui envoie nos nouveaux copains aux trousses.
Et si on croise un rennes, on le bouffe et je fais monter ses cornes sur le capot du van en guise de trophée.

À bientôt, mes lapins.


Cette nouvelle sera bientôt disponible gratuitement sous la forme d'un ebook aux éditions Bragelonne!

mercredi 19 novembre 2014

L'opération OP1000K, avec Sainte Marie des Ombres et Bragelonne!

L'opération OP1000K a commencé chez Bragelonne!
Au menu, plein "d'Essentiels" gratuits présentant les premières pages d'une dizaine de romans.
Vous avez le choix entre Fiction, Thriller, Romance, Fantasy, Terreur, SF, Fantastique, Romantica... et Bit-lit !
Dans ce dernier, il y a notamment le début des aventures de Lily la tatoueuse et de son chien Cullan. Si vous n'avez pas encore eu l'occasion de faire connaissance, c'est le moment de foncer!
Et histoire de vous mettre vraiment l'eau à la bouche, voici le programme au sommaire de ce pavé bit-lit:
Christelle Verhoest, Sombre héritage - 1, La Vision de l’Encercleur
Sophie Dabat, Sainte Marie des Ombres - 1, La Brûlure de la nuit
Keri Arthur, Riley Jenson - 1, Pleine lune
Lara Adrian, Minuit - 1, Le Baiser de minuit
Marika Gallman, Maeve Regan - 1, Rage de dents
J.R. Ward, Anges déchus - 1, Convoitise
Larissa Ione, Demonica - 1, Plaisir déchaîné
Suzanne Wright, La Meute du phénix - 1, Trey Coleman
Anne Bishop, Meg Corbyn - 1, Lettres écarlates

Avouez qu'il y a de quoi se faire plaisir...


Autre petite nouvelle moins sympa : pour cause de grosse fatigue, de voiture en fin de vie et de besoin de reformer le cocon autour de notre petite fille qui n'a pas beaucoup vu sa maman au cours des derniers weekends, je ne serai finalement pas au salon du roman populaire d'Elven, contrairement à ce qui était prévu, le weekend du 06 et 07 décembre.
Par contre, rendez-vous à Sèvres le samedi 13 décembre, histoire de se faire des bisous avant les fêtes!